La potion magique de Georges Bouillon

La potion magique de Georges Bouillon

Roald Dahl

La potion magique de Georges Bouillon

4coeurs– Résumé éditeur –

La plupart des grands-mères sont d’adorables vieilles dames, gentilles et serviables. Hélas, ce n’est pas le cas de la grand-mère de Georges ! Grincheuse, égoïste, elle ressemble à une sorcière et elle a des goûts bizarres : elle aime se régaler de limaces, de chenilles… Un jour, alors qu’elle vient une fois de plus de le terroriser, Georges décide de lui préparer une potion magique. Une potion aux effets surprenants … et durables !

Prix : 6,70€ (éditions Folio Junior)  –  Nombre de pages : 128

– Mon avis –

Premières incursions dans l’univers de Roald Dahl. Je n’ai effectivement jamais lu de livre de cet auteur durant mon enfance, bien qu’il soit considéré comme un auteur classique de la littérature de jeunesse. Néanmoins, comme une grande majorité, j’ai vu plusieurs adaptations cinématographiques de ses romans, notamment les plus connus tels que Charlie et la chocolaterie ou encore James et la grosse pêche. Et donc je connais plus ou moins la fantaisie et l’imagination que pouvait avoir Roald Dahl.

Mais afin de vraiment découvrir cet auteur, j’ai voulu commencer avec un livre dont je ne connaissais rien et donc auquel je ne savais pas à quoi m’attendre. C’est par hasard que je me suis plongée dans La potion magique de Georges Bouillon.

Georges est un petit garçon de huit ans qui ne supporte plus sa Grand-Mère maternelle, surnommée Grandma, puisque cette dernière profite de l’absence de ses parents pour l’importuner. Mais Georges refuse de se laisser martyriser par Grandma – qui se révèle en plus de ça être une très méchante sorcière – et de ce fait, décide de lui concocter une potion avec tout ce qu’il trouve dans sa maison. Ainsi, il espère la transformer, la rendre meilleure ou tant pis ce qu’il lui adviendra. De cette potion vont naître des effets spectaculaires et surprenants, au point de donner des idées à Monsieur Gros Bouillon, le père de Georges, qui espère reproduire cette potion à l’aide de son fils afin de la commercialiser et changer le monde.

Qu’est-ce que j’ai ri ! En fait, je me suis amusée tout au long de cette histoire rocambolesque : qu’est-ce que c’était pétillant et drôle ! L’écriture de Roald Dahl est vraiment à mourir de rire. Impossible de rester de marbre. L’histoire est déjà très originale en soi, mais alors la façon de la raconter l’est encore plus. La manière dont on parle de la Grand-Mère est juste trop drôle. On n’est pas du tout dans une écriture vulgaire étant donné que c’est un livre destiné à des enfants, mais les paroles sont vraiment crues et décapantes. Et croyez-moi, c’est bien plus drôle que des insultes ! Quelques exemples : « Je vais lui préparer une nouvelle potion, une potion si forte, si violente et si fantastique qu’elle la guérira complètement ou lui fera sauter la cervelle ! », « Pas d’hésitation, pas de question, pas d’embrouillamini pour savoir si un produit secouerait ou non la vieille. », « Georges ne voulait pas rester avec un cadavre sous le bras », « Le premier qu’il trouva fut un grand paquet de superblanc pour machines à laver automatiques : ‘’La saleté s’en va comme par magie.’’ Grandma était-elle ou non automatique ? En tout cas, c’était sûrement une vieille femme sale. », ou encore Georges ajoutant de la nourriture pour canaris dans sa potion : « Ça fera chanter la vieille perruche ! » Je n’en cite pas plus afin que vous découvriez le reste par vous-mêmes.

Dès les premières lignes, les voix des personnages se sont tout de suite imposées à moi : je me suis imaginée leurs voix de manière presque instinctive tellement le ton est donné, tellement l’humour est présent dès le départ. Et je trouve que c’est une qualité vraiment nécessaire à un écrivain – donner le ton – que Roald Dahl exploite avec une authenticité et un humour vraiment singulier.

Pour ma part, ce petit roman est une très belle découverte – pour son histoire comme pour son auteur – et me donne très envie de continuer à découvrir l’œuvre de Roald Dahl.

La potion magique de Georges Bouillon

– Citations –

Georges n’y pouvait rien, il détestait Grandma. C’était une vieille femme grincheuse et égoïste qui avait des dents jaunâtres et une petite bouche toute ridée comme le derrière d’un chien.

*

Le premier qu’il trouva fut un grand paquet de superblanc pour machines à laver automatiques : « La saleté s’en va comme par magie. » Grandma était-elle ou non automatique ? En tout cas, c’était sûrement une vieille femme sale.

*

Et une cuillerée pour Grandma !
Allons, avale-moi ça !
C’est bon, n’est-ce pas ?
Va-t-elle éclater ? Exploser ?
S’envoler par-dessus les toits ?
S’évanouir dans la fumée ?
Pétiller comme du Coca ?
Qui sait ? En tout cas, pas moi !
Ma chère, chère Grand-maman,
Si tu savais ce qui t’attend…

*

Grandir est une sale manie des enfants.

*

Hourra ! Cornes à la sorcière,
Vive la chaudière !
Hourra ! Cornes à la potion,
Vive le chaudron !
Pétille, clapote, barbouille,
Siffle, crachote, gargouille !
Fais tes prières, Grand-mère !

Illustration Georges Bouillon par Quentin BlakeIllustration par Quentin Blake

 

Publicités

6 réflexions sur “La potion magique de Georges Bouillon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s