Cœur Mandarine

Coeur MandarineT3

Cathy Cassidy

Coeur Mandarine

Coup de coeur

– Résumé éditeur –

Je m’appelle : Summer Tanberry. Mon âge : 13 ans. Je suis : Perfectionniste. Mon style : Leggings et robes à la mode. J’aime : La danse, la danse, la danse. Je rêve : De devenir danseuse professionnelle. Mon problème : J’ai l’impression que tout m’échappe au moment où je voudrais tout contrôler… 

Prix : 14,90 (édition Nathan)  –  Nombre de pages : 288

– Mon avis –

J’étais très impatiente de lire ce troisième tome et je n’ai pas été du tout déçue. Bien que dès le départ Summer m’a paru hautaine, ennuyeuse et complètement prétentieuse, mon avis a vite changé au fil de ma lecture. C’est une fille qui souffre, qui ne se confie pas car elle voudrait que les gens remarquent directement qu’elle ne va pas bien. Elle ne se confie pas ou très peu et a des difficultés à dire ce qu’elle ressent.

Dans ce roman, Cathy Cassidy traite une fois de plus un sujet difficile, celui de l’anorexie. Mais ce n’est pas abordé de façon trash : elle y va petit à petit, avec un langage simple mais franc, ce qui nous amène non pas à être choqué mais touché. Plus on tourne les pages et plus on sent l’aspect dramatique de la situation, qui ne cesse de s’aggraver. On voudrait s’immiscer dans le roman pour pouvoir aider Summer : on aimerait lui dire de se réveiller et de se remettre sur le droit chemin mais malheureusement les faits s’accumulent sans que nous puissions réagir ; chaque pas qu’elle fait la mène tout droit dans le mur. Ça en est limite énervant de ne pouvoir rien faire quand on voit ce qu’elle s’inflige – tous ses régimes alimentaires qui l’affaiblissent et la rendent maigre au point d’en voir les os – et il n’y a pas que physiquement qu’elle se détruit, intérieurement elle se sent d’une infériorité sans égale, elle se sous-estime sans cesse. Elle est détruite et a l’impression que personne n’est là pour la soutenir alors que tout le monde se fait du souci pour son état de santé. Tout le monde est là pour elle sauf que sa maladie l’empêche de s’en rendre compte.

Dans ce tome, j’ai beaucoup aimé le fait que Tommy soit aussi important dans l’histoire. Je dirai même qu’il est un personnage essentiel à la construction de ce roman. C’est un personnage très sympathique, pour qui on ne peut que ressentir de l’empathie et plein de bons sentiments. Il est attentionné, gentil et malheureusement la fille qu’il aime le prend pour un idiot. En effet, Summer se souvient de l’école primaire où Tommy lui demandait d’être son amoureux pour ensuite se moquer d’elle. Sauf que depuis leur plus tendre enfance, Tommy a changé : il a grandi et surtout il a mûri. Et c’est là le grand problème avec Summer, c’est qu’elle n’arrive pas à casser la barrière entre l’enfance et l’adolescence ; tout comme elle n’arrive pas à voir sa maladie telle qu’elle est, c’est-à-dire horriblement destructrice. Elle pense que Tommy est encore là juste pour la ridiculiser et lui faire des blagues. Lorsqu’il la flatte et la complimente, elle croit qu’il n’en pense pas un mot et qu’il dit tout ça de façon ironique alors qu’il est l’un des personnages les plus soucieux envers Summer – il est une sorte de pilier qui l’empêche de chuter.

Je vous conseille vraiment ce roman. Loin de sa couverture girly, c’est un roman plus profond et travaillé que nous propose Cathy Cassidy. C’est ce qui fait vraiment l’originalité de ce roman et nous donne envie de continuer à lire la suite. De plus, cela illustre bien ce tome qui pour moi fait partie des meilleurs : l’habit ne fait pas le moine ou encore il ne faut jamais juger l’apparence extérieure d’une personne (on ne réalise pas à quel point certaines personnes jouent un rôle pour ne pas montrer leurs faiblesses) – un roman a l’aspect très enfantin peut cacher une très grande faille, des séquelles incurables tout comme Summer peut laisser la première fois qu’on la voit un aspect très superficiel et énervant alors qu’au fond elle est détruite et ne nous envoie rien d’autre qu’un appel au secours.

– Citations –

Son baiser a un goût de carotte, de mandarine et d’espoir, et je souris.

*

Ça fait bizarre de se voir grandir en accéléré… les gamines sages dans leurs uniformes impeccables sont devenues des ados branchées. Au lieu de parler de poupées et de chevaux, on préfère maintenant discuter de musique, de maquillage et de qui craque pour qui. On rit, on mâche du chewing-gum et on se remet du gloss dans les couloirs entre les cours, mais je me demande combien de filles aimeraient, comme moi, revenir en arrière, vers une époque plus simple où on n’avait pas à se soucier de soutiens-gorge, de règles et de garçons, où on pouvait jouer aux princesses ou manger une barre de chocolat sans penser aux calories. Parfois, j’ai l’impression de devoir jouer un rôle. On se parfume avec du déodorant à la fraise, on admire les groupes à la mode et on joue les grandes, en espérant que personne ne verra qu’au fond, on est toutes un peu perdues. A moins que je ne sois la seule à avoir cette impression? C’est tellement dur de grandir.

*

– Ne pleure pas, me dit Tommy. Il n’en vaut pas la peine.
– Je sais, je chuchote.
Mais ce n’est pas à cause de Zack que je pleure; c’est parce que tout est en train de changer et se dérobe devant moi… la vie bien organisée que j’imaginais, mes espoirs, mes rêves, ma confiance en moi. C’est comme un pull troué : on tire un peu sur un fil, et tout se détricote.

*

C’est comme si grandir était une espèce de maladie qui se répand à toute vitesse, comme le virus de la grippe en hiver, et qui chamboule tout. Pour l’instant, je me sens immunisée. Je me contente de contempler l’épidémie, horrifiée par les dégâts qu’elle peut causer. Parfois, j’aimerais pouvoir arrêter le temps, retourner à l’époque où j’avais neuf ou dix ans et où tout était beaucoup plus simple.

Les filles au chocolat

Publicités

9 réflexions sur “Cœur Mandarine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s