Maliki broie la vie en rose (Tome 1)

Maliki

Souillon

h15

Maliki1

Maliki (tome 1)

Coup de coeur

– Résumé éditeur –

La jeune et jolie Maliki, charmante fille à tendance manga aux oreilles pointues, nous raconte sa vie en la dessinant dans des strips chargés d’humour du quotidien, parfois noir, souvent hilarant. Ce livre est un recueil d’anecdotes et de tranches de vie. On y aborde la cohabitation épique humains-chats, l’animal le plus tyrannique de la planète. On parle de l’enfance, partagée entre rêveries sucrées et trauma profonds. Et plus généralement, on constate l’incroyable ironie de la réalité, qui est toujours bien plus extraordinaire que n’importe quelle fiction.

Prix : 14.90€ (édition Ankama)  –  Nombre de pages : 160

– Mon avis –

J’étais à la bibliothèque et je fouinais un peu dans le rayon bandes dessinées lorsque j’ai aperçu ce livre, à priori assez épais. La couverture m’a tout de suite emballée avec ses jolies couleurs ensoleillées. Et puis je me suis mise à feuilleter quelques pages ; j’étais plutôt enjouée. C’est en retournant chez moi pour en faire la lecture que j’ai complètement craqué ! Il s’agit d’une bande dessinée vraiment originale, drôle, agréable, belle et colorée.

Maliki est une jeune femme aux cheveux roses et aux oreilles pointues. Elle a deux chats : Felya et Feänor, qui lui causent bien des soucis.

Pleine de vie, elle nous retrace ses situations quotidiennes. On rit alors de choses qui nous arrivent ou qui pourraient nous arriver. On se sent tout de suite concerné, c’est la vie de tous les jours en beaucoup plus drôle et extravagant. Et en supplément, nous avons des chats tellement adorables ! Comment ne pas craquer?

Mais quand on lit Maliki, nous ne sommes pas uniquement dans la réalité et le quotidien car il y a quelques touches qui font que nous sommes bels et bien dans une vie imaginaire : lorsque je dis ça, je pense aux personnages d’Electrocute et de Ladybird, les sortes de « doubles » de Maliki. Certes elles ne parlent pas, mais je n’ai pu qu’adorer ces deux personnages, rien que par leur prestance et leur humour décalé.

Ce premier tome fut pour moi comme une bouffée d’air frais et mon coup de cœur n’a fait que s’amplifier lors de ma lecture des tomes 2, 3 et 4! Maliki c’est juste génial et je le conseille à ceux qui adorent lire des tranches de vie drôles et pleines de fantaisies !

– Citation –

Non mais c’est vrai quoi! Pourquoi j’irais me casser la tête à pondre des scénarios extravagants, alors que la vie réelle est déjà complètement improbable! On cherche toujours une logique, une morale, des causes et des effets … Alors qu’en vérité, les choses arrivent, absurdes, et c’est tout. Et c’est ça qui est génial! Vous saisissez l’truc? … (se retournant vers ses chats) Vous avez faim, c’est ça?

42110810

Biture Express

Biture ExpressFlorence Aubry

Biture Express

Coup de coeur

– Résumé éditeur –

Je vois très bien ce que Lucas a voulu dire, mais il s’inquiète pour rien. Je n’ai rien à voir avec ces drogués de la dune, mais rien du tout. Je peux passer des journées entières sans boire, il n’y a pas d’addiction. C’est juste que… J’aime avoir la tête qui tourne, rien de plus. J’aime avoir la tête à l’envers. C’est juste comme d’explorer les souterrains de l’univers. Faire taire les bruits du monde. Il m’énerve. Il ne comprend pas, et je ne comprends pas qu’il ne comprenne pas. Je ne sais pas ce que je lui trouve, je ne sais pas pourquoi je m’obstine. On ne se ressemble pas.

Prix : 8€ (édition Mijade)  –  Nombre de pages : 188

– Mon avis –

Pour tout vous dire, les livres ayant pour thème l’alcool ou la drogue ne m’ont jamais vraiment intéressé. J’ai donc commencé à lire ce livre avec une pensée négative, me disant que je n’aimerai pas dans tous les cas. Mais comme on dit, il n’y a que les c*ns qui ne changent pas d’avis. Dès les premières pages, l’histoire m’a absorbée : je me suis complètement plongée dans ce petit roman. Au fur et à mesure de ma lecture, j’ai été intriguée et la curiosité quant à la suite de l’histoire m’empêchait de m’arrêter.

Sarah, adolescente de 15 ans, passe tous ses étés en camping avec ses amis – lesquels ne sont pas de bonne fréquentation et prônent l’alcool à flot et le binge drinking. Personne ne réalise le mal-être profond de Sarah et son addiction pour l’alcool : sa sœur ne sait que faire et ses parents ne se rendent même compte de rien. Jusqu’au jour où…

Je ne m’attendais pas à apprécier ce genre de livre et je le conseille à tous parce-qu’il ouvre les yeux et met en garde : l’alcool est dangereux, on le sait tous mais on n’y pense pas assez, on ne se rend pas assez compte des causes et des conséquences qui y sont liées. Biture Express est un livre qui n’est pas trop trash,  juste assez pour nous pousser à la réflexion.

Je tiens à ajouter que j’ai eu la chance de rencontrer l’auteur qui fut très sympathique et me dédicaça ce roman poignant qu’est Biture Express.

– Citation –

L’alcool a pénétré mon sang, directement. J’entends moins bien. Je vois moins bien. Je me sens moins tout. Moins triste moins vulnérable. Je me sens plus. Plus belle plus drôle plus forte. C’était une bonne idée finalement, ce verre obligé. Plus triste plus amoureuse. Je voudrais qu’il soit là. Je m’en fiche qu’il ne soit pas là. Et soudain c’est fini le ni oui ni non et on y va, tout le monde se lève, on décolle, on part, on bouge. Je voudrais un dernier verre, avant la route. Je n’ai pas envie que l’effet se dissipe. Je veux rester où l’alcool m’a emmenée. Tout y est doux. Il n’y a pas d’angles là-bas. J’y suis bien. Même le chagrin y est doux.

Ofelia

Ofelia

Giulio Macaione

Ofelia

Coup de coeur

– Résumé éditeur –

Ofelia vit dans son monde imaginaire. Elle parle à son ombre, possède un chat caméléon et évolue dans les souvenirs de la maison de sa grand-mère qui était auteure de livres pour enfants. Un jour, dans cette maison et derrière une porte surgit Jake, un mystérieux étudiant anglais.

Prix : 15,90€ (édition Physalis)  –  Nombre de pages : 192

– Mon avis –

Lorsque j’ai vu cette bande dessinée pour la première fois, j’ai de suite adoré sa belle couverture féminine avec cette jolie fille aux cheveux fuchsia et ce petit chat caméléon trop mignon. Il faut dire que les illustrations de cet album sont juste sublimes et très travaillées : que ce soit pour le dessin en lui-même ou pour les couleurs choisies, tout a vraiment été réalisé minutieusement, créant ainsi une ambiance emplie de nostalgie et de féerie. Il m’aura donc fallu peu de temps pour me plonger dans la lecture d’Ofelia.

20150901_181720

Ofelia est une jeune femme pleine d’originalité et d’imagination. Elle s’est créé un monde onirique dans lequel son chat et son ombre parlent. Mais en entremêlant son univers avec le monde réel, elle peine à les distinguer et à trouver un juste équilibre, au point d’en délaisser son petit ami Oscar – Ce dernier l’aime comme un fou mais ne supporte plus la « non-présence » d’Ofelia : à trop s’enfermer dans son monde, elle a fini par poser une barrière entre eux mettant alors leur amour en péril.
En parallèle avec leur histoire d’amour, une intrigue se met en place par rapport à la maison dans laquelle Ofelia vit avec son cousin et son compagnon. Cette maison a appartenu à sa grand-mère et possède des tas de souvenirs mais aussi des tas de secrets : avant de mourir, la grand-mère d’Ofelia fit la demande qu’une des pièces reste définitivement fermée à clés. Mais quel secret cette pièce renferme-t-elle ? Et pourquoi un énigmatique étudiant anglais arrive et sème le trouble au sein de la maison ?

20150901_181928

Dans cette bande dessinée, nous vivons une sorte de voyage dans le temps à mi-chemin entre la fantaisie d’Ofelia et la réalité via les flashbacks présents tout le long. Ceux-ci nous permettent de comprendre les mystères autour de la fameuse pièce impénétrable et aussi de mieux cerner la personnalité farfelue d’Ofelia. J’ai adoré revivre l’enfance d’Ofelia à travers ses souvenirs.

20150901_181841

Je tiens à dire que cette bande dessinée m’a vraiment touchée. Ce fut même un véritable coup de cœur ! Je l’ai trouvée d’une beauté semblable à aucune autre œuvre que je n’ai lue auparavant. La romance entre Ofelia et Oscar m’a beaucoup émue tout comme l’intrigue sur la pièce secrète de sa grand-mère. J’ai trouvé l’amour qui les unit très beau et sincère. Je me suis mise à la place d’Ofelia mais également à la place d’Oscar : je me suis attachée à eux et je ne savais à qui donner raison : pour moi, tous deux avaient leurs raisons et leurs torts car en effet, il faut savoir mettre de côté ses passions et sa petite bulle pour ne pas blesser et laisser tomber les personnes qui nous aiment. Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut les effacer car ceux qui nous aiment doivent nous aimer comme on est. Il faut juste savoir trouver un juste milieu et c’est ce qu’Ofelia apprends à ses dépens. J’ai donc bien apprécié la voir grandir et évoluer au fil des pages. Giulio Macaione a fait fort avec Ofelia et c’est avec plaisir que je lirai ses prochaines bandes dessinées.

20150901_182010

C’est un roman graphique qui vaut le détour et mérite vraiment d’être plus connu. Je conseille cette bande dessinée à tous ceux qui aiment tout ce qui touche à l’amour, la famille, la nostalgie et les passions – aussi bien amoureuses qu’artistiques.

20150901_182159

Je tiens à remercier Babelio et les éditions Physalis pour m’avoir envoyé ce merveilleux petit chef d’oeuvre et également pour la confiance qu’ils m’accordent à moi et à ma critique.

BabelioPhysalis

– Citations –

Réprimer sa propre créativité c’est comme s’enfermer dans une cage.

*

Je suis le genre de fille qu’on regarde avec curiosité, mais qu’on n’approche pas. Petite, on n’arrêtait pas de se moquer de moi. Avec le temps, j’ai appris à vivre seule… à me réfugier dans mon monde. C’est peut-être pour cette raison que je me suis mise à dessiner. L’art est devenu ma plus grande passion.

Ofelia-magie

Cath & son chat (Tome 1 et 2)

Cath

Yrgane Ramon & Hervé Richez & Christophe Cazenove

Cath et son chat (tome 1)    Cath et son chat (tome 2)

Coup de coeur

– Résumé éditeur –

* Tome 1 * Le chat de Cath est vraiment bath ! Enfin, ça dépend : sauf les jours où il fait ses griffes sur la moquette, où il squatte le bureau de Cath et où il transforme les factures à payer en boulettes de papier… Une série pleine de fraîcheur et de tendresse qui raconte la vie quotidienne d’un père célibataire et de sa fille, aux prises avec leur félin un peu trop filou.

* Tome 2 * Sushi le chat a pris ses marques dans la maison. Il a visité toutes les pièces, laissé son odeur sur le moindre recoin, a repéré le placard à croquettes et à friandises. Côté confort, il n’a que l’embarras du choix, le moelleux du canapé, la chaleur du fauteuil, la douceur des gros coussins. Aucun doute, Sushi est ici chez lui ! Ce que se demandent Cath et son père, c’est s’ils sont encore chez eux ou si désormais ils habitent chez leur chat !

Prix : 10,60€ (édition Bamboo)  –  Nombre de pages : 47 (Tome 1), 48 (Tome 2)

– Mon avis –

* Tome 1 * J’ai adoré cette bande dessinée! Elle est drôle, attachante et pleine de tendresse. J’ai beaucoup aimé toutes ces minis-histoires qui nous sont proposées bien qu’il n’y ai que 2 personnages (le père et la fille) et Sushi (le chat de Cath). On ne s’ennuie pas une seule seconde avec toutes les péripéties de Sushi! En plus, les couleurs sont très belles. Il n’y a rien à redire. Cath et son chat (Tome 1) ou « Comment passer un bon moment de détente et de rigolade? »

* Tome 2 * Fidèle au premier tome, cette deuxième bande dessinée est vraiment pleine de fraîcheur et d’humour! Une petite bouffée d’air frais après une longue journée épuisante, ou lorsqu’on a un petit moment pour soi, pour se détendre. A tous les amateurs de chats, ou pas! Cette B.D en fera sourire plus d’un avec le chat Sushi de plus en plus déterminé à faire des bêtises, Cath qui le protège un peu trop et un père de plus en plus exaspéré par ce chat loin d’être sage comme une image! Pour conclure, c’est une petite bande dessinée qui donne de la bonne humeur!

~ J’ai très hâte de lire les tomes 3 et 4 déjà parus en librairie. ~

Cath & son chat

– Citations –

– P’pa !! Sushi est normal ! En fait, tous les chats sont dingues ! (T.2)

*

– Viens dans le jardin, Gladys ! C’est le meilleur endroit pour qu’Avalanche fasse connaissance avec Sushi !
– Pourquoi ça?
– Question de propriété, de bagarre et de je sais plus quoi…
– C’est pas plutôt parce que mon chat s’appelle Avalanche ? (T.2)

 Cathetsonchat

35 kilos d’espoir

KilosAnna Gavalda

35 kilos d'espoir

Coup de coeur

– Résumé éditeur –

Grégoire déteste l’école, si fort qu’en sixième il a déjà redoublé deux fois. Le seul endroit qu’il aime, son refuge, c’est le cabanon de son grand-père Léon, avec qui il passe des heures à bricoler.
Quand Grégoire est renvoyé du collège, pourtant, Léon est furieux. II renonce à consoler son petit-fils et lui refuse sa protection. II est temps, peut-être, que Grégoire accepte de grandir…

Prix : 9,50€ (édition Bayard Jeunesse)  –  Nombre de pages : 96

– Mon avis –

35 kilos d’espoir est un livre qui m’a énormément plu avec ses personnages aussi bien drôles qu’attachants. J’ai trouvé ce livre particulièrement touchant : il m’a fait sourire comme il m’a émue presque aux larmes.

Grégoire est clairement qualifié comme étant le cancre de son collège. Il a de très grands problèmes scolaires et s’amuse à faire le pitre afin d’attirer l’attention de ses camarades. Ses parents n’acceptent pas du tout son attitude et ne peuvent se faire à l’idée que leur enfant est nul à l’école. Grégoire, dans son mal-être, trouvait alors refuge chez son grand-père qui a toujours été le seul à le comprendre et qui l’a aidé à surmonter ses failles. Sauf qu’après son second redoublement, les choses changent : Grégoire a été trop loin. Et Grand-Léon, comme il nomme ainsi son grand-père, ne peut plus supporter la façon dont il chute et gâche son avenir. Comment faire si même la seule personne qui nous estimait ne nous comprend plus?

Je trouve que son ressenti envers l’école est très bien exprimé de manière fluide et agréable. Il haie l’école et nous le fait bien comprendre : Cela me rappelle un peu la nouvelle Happy Meal de cette même auteure – le père qui avait un dégoût démesuré pour le Mc Donald’s.

Ce roman plaira à toutes les personnes qui veulent oublier leur quotidien le temps de 96 pages et se plonger dans quelque chose de fort en émotion mêlant à la fois légèreté et humour. Je le conseille également à tous ceux en échec scolaire : ce roman pourrait ainsi les remettre sur le droit chemin telle une leçon de vie.

Le bémol étant que ce roman passe vite, bien trop vite. On commence à vraiment bien plonger dans l’histoire qu’on arrive déjà à la fin. Quelques pages supplémentaires n’auraient pas été de refus.

– Citations –

C’est plus facile d’être malheureux qu’heureux, et moi, tu m’entends, je n’aime pas les gens qui choisissent la facilité, je n’aime pas les geignards.

*

C’est un cercle vicieux : moins tu travailles, et plus tu détestes l’école ; plus tu la détestes, et moins tu travailles…

London Fashion : Journal stylé d’une accro de la mode

London

Catherine Kalengula

London Fashion, Journal stylé d'une accro de la mode

Coup de coeur

– Résumé éditeur –

Je m’appelle Savannah et je suis certainement la fille la plus anglaise des frenchies ! Depuis que nous vivons à Londres, ma mère et moi, je n’ai plus qu’un objectif : devenir the styliste. La mode c’est ma passion. Alors je couds, je découds, je coupe et je strasse à la folie ! Et voilà que mes deux nouveaux meilleurs amis londoniens me poussent à participer à un grand concours de stylisme… Et si c’était le début d’une grande carrière ?

Prix : 5,90€ (édition Le Livre de Poche Jeunesse)  –  Nombre de pages : 256

– Mon avis –

London Fashion : Journal stylé d’une accro de la mode est un roman jeunesse qui nous présente Savannah, une jeune passionnée de mode qui rêve d’être styliste. Elle et sa mère ont quitté la France pour s’installer à Londres, ce qui va réjouir Savannah vu que tout les plus grands stylistes s’y trouvent. Par exemple elle va faire la rencontre de Karl Lagerfeld qui n’est autre que son icône.

Je trouve que ce roman est très frais et sympa à lire, d’autant plus que les croquis de Savannah présents tout au long de ce tome ajoutent une petite touche de glamour et de divertissement au roman. Après ce n’est pas non plus THE roman mais c’est de la littérature qui fait passer le temps et qui est très plaisante à lire. J’ai beaucoup aimé et je recommande ce roman à toutes les passionnées de mode qui pourront se reconnaître à travers Savannah.

– Citations –

Et soudain, je le vois. Lui. The Karl. Il est là, devant moi. Comme une apparition divine. Il se dresse, sublimement classe, devant la grosse dame. Il ne se rend même pas compte que je le regarde comme s’il était Jésus en personne. Il est là, le cou étriqué dans l’un de ses éternels hauts cols blancs. Souvent, en l’observant à la télé, je me suis demandé comment il pouvait respirer, le kiki serré comme ça. Mais, à cet instant, je dois me rendre à l’évidence : Karl ne respire pas, il crée.

*

Si l’amour ça pique, ça gratte, ça trifouille, ça tord, et pour finir ça casse complètement, où est l’intérêt? En réalité, on devrait avertir les ados : tomber in love signifie être maso ! J’ai beau savoir que je ne verrai plus Anthony et qu’il n’en a rien à foutre de moi, je garde toujours son écharpe sous mon oreiller. Autre remarque sur l’état amoureux : l’amour est un virus hyper actif, qui infiltre les neurones et bousille complètement le cerveau.

*

Comment est-ce que j’ai pu être aussi lamentable ? Eh bien voilà, Savannah, tu as eu ta chance et tu l’as loupée. Ta vie est finie, fichue, à jeter aux orties. Tu vas te retrouver à servir des hamburgers pour le restant de tes jours, vêtue d’un épouvantable uniforme rouge et blanc. Et, ce coup-ci, ton manager t’accrochera une casquette de force avec de la super glu, si bien que tu seras obligée de dormir avec. Rien que d’y penser, je tombe dans un trou plus profond que le derrière d’un éléphant.

L’effet Kiss pas Cool

Kiss pas cool

Leslie Plée

L'effet Kiss pas Cool

2 coeurs

– Résumé éditeur –

La libraire de Moi vivant, vous n’aurez jamais de pauses est de retour ! Leslie Plée signe une nouvelle BD plus personnelle, dans la lignée de Moi vivant, vous n’aurez jamais de pauses. Leslie est toujours traumatisée, et toujours aussi drôle. Traitant des phobies, elle croque des scènes hilarantes et pleines de justesse. Des bacs à sable aux bancs de l’université, de l’adolescence à l’âge adulte, ses crises d’angoisse ne l’ont pas quittée. Leslie nous livre, avec ironie et décalage, ses faiblesses qui font toute sa singularité. Au fil des planches, elle se dénude et nous touche à sa manière, entre deux éclats de rire ! DANS LA PRESSE « On rit. C’est tout. » Elle « Un livre salutaire pour l’avenir de la culture occidentale » Le Soir « lmpossible de ne pas glousser à chaque page tant tout ceci est intelligemment croqué. Jubilatoire. » Stuff

Prix : Inconnu (édition Jean-Claude Gawsewitch)  –  Nombre de pages : 107

– Mon avis –

En voyant la couverture et le titre pour le moins original, je me suis dis « Tiens! ça m’a l’air complètement loufoque comme bande dessinée! » alors j’ai voulu en savoir plus grâce à la quatrième de couverture qui m’a laissée un peu perplexe sur ce qui allait m’attendre dans ce livre. Il faut dire qu’en guise de résumé, la citation très sordide et lugubre de Woody Allen « Non seulement la vie est horrible mais en plus elle est courte. » m’évoquait un livre basé sur l’humour un peu glauque et l’auto-dérision. C’était plutôt tentant ! Mais lors de ma lecture j’ai.. comment dire… été profondément déçue. Non c’est vrai quoi, je suis rarement déçue quand je lis mais là! L’humour (si on peut appeler ça comme ça ici) laisse place à une multitude de phobies et d’angoisses complètement grotesques qui s’enchaînent. Ok, c’est un peu le but de la B.D mais trop c’est trop! Ça fait plus rire, stop ! On part dans le ridicule là ! On enchaîne les clichés, allez hop, un de plus! Et deux clichés pour le prix d’un, j’ai dis deux !  Et apparemment c’est la vraie vie de l’auteur… Nous, lecteurs, on est censés gober ça ! Et si c’est vrai, alors je n’aimerai pas la connaître, c’est un truc à devenir complètement perturbée dans sa tête de côtoyer quelqu’un de névrosé à ce point là!

Entre autre, peut-être que j’ai sur-estimé un peu beaucoup beaucoup trop trop trop l’humour de l’auteure avant ma lecture – humour qui aurait pu être bien plus développé et approfondi – car je n’ai esquissé des sourires que de rares fois. Et pourtant je sais rigoler!!!! Peut être était-ce un mauvais jour? Non! Je ne crois pas. C’est pour cela que j’attribue seulement 2 étoiles (c’est à la limite cher payé), non pas que c’était de la lecture nulle. Mais parce que c’était juste de la lecture. De la lecture point barre. J’ai lu, j’ai refermé le livre, je suis partie manger, bref j’ai fais ma journée. Moi ce que j’aime, et je pense que c’est pareil pour beaucoup de personnes voire tout le monde, c’est ressentir des choses quand je lis, tout au moins rire, avoir une moralité à tirer du livre, passer un agréable moment, quelque chose un petit déclic, un petit truc qui fait qu’on aime ce qu’on lit!  […] mais ce ne fut pas le cas. Rien nadaaaa que dalle niet, j’ai lu comme j’ai mangé une purée de la cantine, toute gluante et qui ne se décolle même pas lorsque l’on retourne la fourchette : Pour résumer, ce n’est pas un livre qui me marquera donc je ne relirai pas cette auteure loin d’être aussi drôle que ce qu’elle laisse paraître. Ça ne me « plée » pas.

– Citation –

«Non seulement la vie est horrible mais en plus elle est courte.»
Woody Allen

Des canards trop bizarres

CanardsCecil Castellucci & Sarah Varon

Des canards trop bizarres

Coup de coeur– Résumé éditeur –

Gwendoline est une cane vraiment très soignée : elle fait chaque matin ses exercices de gymnastique, nage toujours avec une tasse de thé en équilibre sur la tête et regarde chaque soir les étoiles avant d’aller se coucher. Alors quand Elvis, un canard artiste mal peigné, farfelu et vraiment pas très bien élevé, s’installe dans la maison voisine, elle est loin d’être ravie. Elle l’accueille cependant avec gentillesse et, surprise, se découvre plein de passions communes avec ce drôle de voisin.
Ils deviennent rapidement les meilleurs amis. Tout va pour le mieux jusqu’au jour où ils entendent d’autres canards dire de l’un d’eux : «…vraiment trop bizarre, ce canard »

Prix : 11,50€ (édition Rue de Sèvres)  –  Nombre de pages : 104

– Mon avis –

Lors de la masse critique de mars 2014, j’ai eu la chance de recevoir la bande dessinée Des canards trop bizarres de Cecil Castellucci et Sara Varon.

Premièrement, j’ai été agréablement surprise par rapport aux illustrations de cette œuvre. En effet, les couleurs sont très jolies, très vives et nous font ressentir la fraîcheur et la gaieté qui se dégage de cette bande dessinée. Dès la première page de l’histoire, nous pouvons voir une magnifique illustration représentant la chambre de Gwendoline, ce qui nous permet de plonger dans l’histoire dès le départ. On a vraiment l’impression de se trouver dans la pièce grâce à l’angle de vue et via tous les petits détails tels que la commode et ses petits objets, les paires de chaussures ou encore la table de chevet. Vous l’aurez bien compris, les dessins comportent énormément de petits détails qui permettent au lecteur de mieux identifier le contexte de la bande dessinée et de se plonger dans l’histoire.

En ce qui concerne l’histoire en elle-même, j’ai vraiment bien aimé! Gwendoline est une cane qui aime vivre sa vie seule, aller à la bibliothèque chercher ses livres préférés seule, faire ses longueurs dans la mare avec une tasse sur la tête seule, faire du patchwork seule, manger sa nourriture pour canard avec de la sauce à la mangue seule… Et j’en passe, pour résumer c’est une cane très solitaire. Mais le jour où Elvis (un canard à l’allure vraiment très étrange et négligée!) déménage dans la petite maison à côté de celle de Gwendoline, c’est toute la vie de cette dernière qui se bouleverse. Pourtant très réticente au départ vis à vis d’Elvis, Gwendoline va au fur et à mesure se lier d’amitié avec ce jeune canard désordonné et complètement original. Mais entre ces deux canards, lequel est vraiment le plus bizarre? Gwendoline avec ses drôles de manières et son étrange habitude de nager avec une tasse sur la tête ou Elvis avec son allure négligée et sa drôle de passion pour les créations artistiques plus folles et délirantes les unes que les autres? C’est lors d’un quiproquo que nos deux amis vont réaliser que ce sont les différences qui nous unissent et font d’une personne quelqu’un d’unique et extraordinaire. Et ce n’est pas parce qu’on est différent que l’on est bizarre, on possède juste notre propre personnalité ce qui nous fait sortir du lot et nous qualifie d’étrange auprès des autres. J’ai trouvé la moralité très belle et profonde, cela peut faire réfléchir sur la notion de l’étrangeté. « Qu’est-ce qui est vraiment étrange? Ce qui est différent de nous est-il étrange? Sommes-nous alors étrange aux yeux des autres? »

Cette histoire est vraiment une belle leçon pour les plus jeunes (à partir de 6/7 ans selon moi) car bien qu’il n’y ait pas beaucoup de texte (et je trouve ça bien car je me dis que s’il y en avait énormément, cela dérouterait les petits et les lasserait sûrement, décidément tout a été pensé dans les moindres détails dans cette bande dessinée!), la moralité est bien présente : il ne faut jamais se contenter des apparences de quelqu’un pour la juger, il faut d’abord la connaître la personne plus personnellement! De plus la présence de chapitres change des bandes dessinées ordinaires ; Pour moi Des canards trop bizarres sort complètement de la banalité des bandes dessinées que l’on peut trouver actuellement en librairie et je tiens à féliciter ses auteurs pour l’originalité de l’histoire et des illustrations! Je tiens à ajouter que plein de petits détails m’ont fait rire comme lorsque Gwendoline prépare un gâteau avec des « faux œufs » et du « sucre de canne ». Les annotations présentes tout le long du livre contribuent aussi au caractère unique de ce livre, finalement aussi unique que ses deux protagonistes haut en couleurs!

Je conseille vivement cette bande dessinée aux enfants qui commencent à découvrir le monde merveilleux de la lecture!

BabelioRue de Sèvres

– Citation –

Dans sa vie d’avant, avant Elvis, Gwendoline était parfaitement heureuse. Maintenant, tout lui semble ennuyeux si elle ne peut pas le partager avec Elvis.

Tessa in love

Tessa

Kate Le Vann

Tessa in love

Coup de coeur

– Résumé éditeur –

Tessa est trop calme et trop sérieuse. Pas vraiment la fille dont rêvent les garçons. Alors que sa meilleure amie, Matty, lutte contre le mauvais goût vestimentaire, Tessa, elle, lutte pour la protection de l’environnement. Autant dire qu’elle est vouée à l’échec sentimental. Pourtant Tessa rencontre son double masculin et va vivre sa plus belle histoire d’amour. Mais si l’amour rend aveugle, il rend aussi insouciant… Tessa l’apprendra à ses dépens.

Prix : 5,90€ (édition Pocket jeunesse)  –  Nombre de pages : 190 pages

– Mon avis –

Quand j’ai lu les premières pages de ce roman, j’ai eu beaucoup de mal à m’habituer à l’histoire et aux personnages. Je me lassais et je n’avais plus envie de continuer la lecture. Vraiment, c’est la première fois où je ne visualise pas et ne m’attache pas aux personnages.

Puis vint Loulou, un personnage gentil et attachant et qui m’a fait aimer notre héroïne Tessa. J’ai commencé à adorer ; leur histoire si sincère me faisait rêver. Je m’identifiais à Tessa, je commençais à apprécier tous les autres personnages et le roman, tout simplement.

Et il y eut ce fameux chapitre – je n’en dirai pas plus sinon je risque de dévoiler complètement l’histoire – où j’ai eu mal au cœur tellement c’était triste. Je me suis laissé emporter à un tel point que j’ai dû faire une pause. J’ai eu beaucoup d’émotions lors des dernières pages. Je le conseille à toutes les jeunes filles qui aiment les romans émouvants car pour moi il en fait partie. C’est certain que ce n’est pas le roman de l’année, mais il faut quand même le lire. En tout cas, pour moi, la morale de cette histoire est que l’amour éternel existe et j’ai trouvé ça magnifique.

Bravo à l’auteure, elle a su me convaincre – un peu tard – que son roman en valait vraiment la lecture ! J’aime ! Il est touchant.

 – Citation –

Et si j’avais rencontré l’amour, le vrai, cette année ?
Et si l’homme de ma vie s’en allait aussi vite qu’il était apparu ?

Parce que je t’aime

Parce

Guillaume Musso

Parce que je t'aime

Coup de coeur

– Résumé éditeur –

Layla, une petite fille de cinq ans, disparaît dans un centre commercial de Los Angeles. Ses parents, brisés, finissent par se séparer. Cinq ans plus tard, elle est retrouvée à l’endroit exact où on avait perdu sa trace. Elle est vivante, mais reste plongée dans un étrange mutisme. À la joie des retrouvailles, succèdent alors les interrogations. Où était Layla pendant cette période? Avec qui? Et surtout pourquoi est-elle revenue?

Prix : 7,70€ (édition Pocket)  –  Nombre de pages : 415

– Mon avis –

Encore une fois, Musso m’a complètement entraînée dans son univers aussi bien réel que fantastique. Que dire mis à part que j’aime tout ce qu’il écrit? Rien qu’en lisant le résumé, on a l’eau à la bouche…

Dès le départ, les personnages nous sont proches. On s’attache à eux, on ressent ce qu’ils ressentent. On est émus, on a peur, bref on plonge littéralement dans l’histoire.

J’ai trouvé que ce roman redonnait de l’espoir, c’est une belle leçon d’humilité que Musso nous fait là. Pour tout ceux qui ont un passé difficile, qui pensent que rien ne pourra plus aller, que de toute façon ils sont condamnés d’une manière ou une autre à souffrir, ici on nous montre qu’ils peuvent malgré tout retrouver la sérénité. Rien n’est vraiment perdu pour eux, il suffit d’y croire et de se donner les moyens d’y arriver.

J’ai adoré ce roman du début à la fin et je suis même déçue que les dernières pages qui parlent de Connor et Evie ne soient pas plus explicitées. J’aurai aimé que Musso nous donne plus de détails, même juste le temps de 2/3 pages. A mes yeux c’est le seul bémol qu’on peut lui reprocher. Et oui, le problème, c’est que je reste toujours sur ma fin avec cet auteur mais ça peut aussi être vu comme un avantage car le lecteur a la possibilité d’imaginer la suite de l’histoire, la vie des protagonistes et j’adore ce concept.

Pour finir, Musso m’aura une fois de plus fait frissonner, il m’aura embarquée dans son roman touchant, bouleversant, vrai et surtout bourré d’humanité. Musso restera à mes yeux l’auteur incontournable du XXIème siècle, c’est évident.

– Citations –

Lorsque tu as peur de perdre ceux que tu aimes , tu deviens vulnérable. Tu es fragile: on peut te blesser facilement , rien qu’en s’en prenant à tes proches. Et je ne peux pas me permettre de devenir vulnérable.

*

Là où on s’aime, il ne fait jamais nuit.

*

Dans la vie, les choses qui ont le plus de valeur sont celles qui n’ont pas de prix.